(À lire en français en bas de page)
i
DOG&BONE, THE EMPATHETIC TELEPHONE
Dog&bone turns man most faithful companion into a sensitive tool of communication. It is a dog collar (embedding a mic + speakers) connected to your phone by bluetooth (no harm for the dog). Once back from work, the dog’s collar connects to your mobile phone, allowing every next phone conversations to be held through the loyal poosh.


YEAR: 2011 | LOCATION: Geneva, HEAD | PROJECT SCOPE: Idea generation, concept development, prototype development, field tests, photo & video shooting, video editing | COLLABORATION: James & Jimmy Auger-Loizeau (Supervisors), Théo Reichel (Electronic engineering), Christiane Murner (Leather work)

Material: Leather collar, bluetooth connexion, anti-echoing speakers




Problematic
How to evoke a distant interlocutor presence, thanks to non-verbal interactions relaying emotions and empathy, as if we where “face to face”?



“Dog&bone, The Empathetic Telephone”, is a telecommunications research project. It highlights the fact that in mediated communication, non verbal and multi-sensorial empathetic mechanisms that underpin human social links vanish because of physical absence (gestures, facial expression, body distances...). This is a parameter that devices ignore nowadays.

Therefore, the project proposes to re-visit the telephone, turning your most faithful companion into a sensitive device. Once back from work, the dog’s collar connects to your mobile phone, allowing every next phone conversations to be held through the dog. Thus, the dog can feel interlocutors emotional state and react to it – being tender if you’re sad, running away or barking if you’re angry. Taking over for the other’s physical and non-verbal absence, the dog becomes a mediator more than a media.



User observations revealed that the loyal poosh doesn’t only carry the phone but allows empathy regulation and proxemics behavior.

/ (1 of 1)


Therefore crafting the choice of the kind of dog allows to regulate physical and social proximity toward different kinds of interlocutors – a funny Carlin would distress, an affectional Coker Spaniel would sensibilize, a wild Shiba Inu would detach, etc.

/ (1 of 1)


2 prototypes

• Double EC microphone (“Echo-canceling”) 

• Directional speakers (keep dog’s ears safe) 

• Bluetooth™ connection with the mobile phone (FM radioWaves, safe for the dog)
• “EasyPickUpTM button” (ON / OFF, pick up/ hang up)
• Mini USB (battery recharge)





___
Theoretical grounding

This project is the result of a theoretical work—master thesis: “Interpersonal Empathetic Connection, What consequences of mediated communication on affects sharing?”, under Nicolas Nova supervision. A series of experiment led us to Dog&Bone (“Dog & Bone” means telephone in Cockney rhyming slang, the London east slang).
They mainly criticise the fact that medias are not sensible to the non-verbal part of communication, even video-conference (despite the fact it’s the closest one to face to face conditions of communication).

“Straight Into The Eyes” argues that our eyes never meet while video-chatting. We look at the screen, not the webcam, it results in looking at the chin of the other, not the eyes. However this non-verbal cue is important for the other to feel our entire attention and devotion in the conversation.
The first attempt emphasis the problem by fixing the stare thanks to “eyes-glasses”. The second proposes to solve it by moving the camera to the center of the screen.



The second experimentation “Augmented Skype” highlight that the video medium lost quality when moving from the professional to the personal wold (cinema –› computer), as much in quality of transmission than quality of image (light, make up,…).

Would, bringing cinema professionalism to Skype, enhance emotions expression or empathy? These Skype set are adapted to the user’s mood. The failure of this experiment indicates that non-verbal cues are important in our communication tools, but not necessary in the way we use it face to face.



User observation, usage transformation

An user testing phase with the collars allowed us to confirm that the usual phone experience is drastically challenged. The phone becomes alive, tactile, affective and is free to make his own decisions (unpredictable!). Observations led to the following statement:

• Talking to a dog seems usual and natural

• The phone function is quickly and easily attributed to the dog

• The dog is accepted as a member of the conversation

• The dog character influences the experience of conversation

• The dog feels and react to the user’s mood

• A series of new “on the phone” postures appeared

• Last but not least, the proxemics – social proximity expressed in physical distance between two people face to face – is recreated between the dog and the user, as if we were in presence of the interlocutor. 





Dog&bone succeed in evoking the other’s presence, mainly thanks to non-verbal cues. It brings back proprioception, proxemics, affection and unexpectedness to conversations. It recreates “face to face” conditions of empathetic conversation, but “face to dog”.




___
Reading beyond the lines

The paradoxical, provocative and quite humorous approach of “Dog & bone” uses design as a critical tool to rise questions more than to bring answers, to the market, ready to consume. The aim is to provoke curiosity and people’s concern about how interpersonal media shape our social lives.
At the opposite of the cutting edge of HCI (Human Computer Interaction) and telecommunication researches, Dog & Bone aims to touch the professional community. It criticizes current directions taken by research labs, towards an efficient, robotic and dehumanized communication future – for instance the non-verbal mediated grandma robot by Cynthia Breazeal from MIT (USA). These approaches, imitating or substituting reality with technology, are pushed by technological ambition, far from any empathy for the end user: they demonstrate an awkward gap with the organic nature of human social interactions. At the other end of the scope Dog & Bone offers new perspectives on the future of our social interactions, from an user as well as a professional point of view.

Finally, Which one is the most odd, talking to a “nonverbal grandma robot”, or to a dog?













(En français)




DOG&BONE, LE TÉLÉPHONE AFFECTIF
“Dog&Bone” transforme le plus fidèle compagnon de l'homme en outil de communication sensible. C'est un collier pour chien (comportant micro + haut-parleurs) connecté au téléphone en bluetooth (sans danger pour le chien). Une fois rentré du travail il suffit d’activer le collier pour entretenir nos prochaines communications téléphoniques par l'entremise du loyal toutou.


YEAR: 2011 | LOCATION: Geneva, HEAD | PROJECT SCOPE: Idea generation, concept development, prototype development, field tests, photo & video shooting, video editing | COLLABORATION: James & Jimmy Auger-Loizeau (Supervisors), Théo Reichel (Electronic engineering), Christiane Murner (Leather work)

Matériel
 : Collier en cuir, connexion bluetooth, haut-parleurs anti-echos




Problematique
Comment évoquer la présence d’un interlocuteur distant, au moyen d’interactions non-verbales relayants les émotions et l’empathie, comme si nous étions “face à face” ?



“Dog&bone, The Empathetic Telephone”, est un projet de recherche en télécommunication se préoccupant du devenir de nos relations sociales une fois entretenues au travers des machines. Il met en valeur le fait que nos outils quotidiens de communication à distance sont en grande partie imperméables à la partie multisensorielle et non verbale des mécanismes emphatiques. Pourtant ces derniers sont essentiels à l’entretien du lien social chez l’humain (gestes, mimiques faciales, proximité corporelle...).

Le projet remédie à ce constat en re-visitant le téléphone mobile, transformant le plus fidèle compagnon de l’homme en outil de communication sensible. Une fois rentré du travail le collier du chien se connecte au mobile permettant d’entretenir toutes vos prochaines communications téléphoniques par l’entremise du chien. Ce dernier est alors capable de ressentir l’état émotionnel des interlocuteurs et d’y réagir – être câlin en situation de tristesse, fuir ou aboyer en situation de colère. En ce sens il comble l’absence physique de l’interlocuteur et celle du non verbal. le chien est un médiateur plus qu’un média.


Les observations utilisateurs ont montrées que le loyal canidé est loin de n’être qu’un support au téléphone.

/ (1 of 1)


Choisir soigneusement son chien en fonction de son interlocuteur permet la régulation de l’empathie et de la proximité corporelle : ainsi, un Coker Spaniel peut sensibiliser, un Carlin peut détendre, un Shiba Inu peut forcer à tempérer la discussion, etc.

/ (1 of 1)


2 prototypes
• Double micro (pour annulation de l’écho)
• Haut parleur directionnel (épargne les oreilles du chien)
• Liaison Bluetooth™ (ondes équivalentes aux FM, sans danger pour le chien)
• Bouton “EasyHangUp™” (ON / OFF, décrocher / raccrocher)
• Connexion mini USB (recharge)





___
Bases théoriques

Ce projet est issu d’un travail théorique – mémoire de master : “Connexion interpersonnel empathique, Conséquence de l’usage des médias de communication sur le partage des affects” sous la direction de Nicolas Nova. Une série d’expérimentations nous on conduit au projet Dog&Bone (“Dog & bone” signifie téléphone en argot londonien en rimes – “Cookney rhyming slang”).

Elles critiquent principalement le fait que nos outils de communication sont en grande partie insensibles à la communication non verbale, même le média vidéoconférence (étant pourtant le plus proche des conditions face à face).

“Straight Into The Eyes” (droit dans les yeux) met en exergue le fait que notre regard se porte sur le centre de l’écran plutôt que sur la webcam : soit sur le menton de l’interlocuteur plutôt que dans ses yeux. Cet aspect non verbal met à mal le ressentit de la pleine attention de son interlocuteur.

L’expérience vise premièrement à figer le regard en direction du centre de l’écran pour inciter une prise de conscience du problème par l’utilisateur. Elle cherche en suite à recentrer le regard par le déplacement de la webcam et prouve un plus fort ressentit de l’attention et du dévouement à la conversation.



La seconde expérimentation “Augmented Skype” (Skype augmenté) souligne que le média video a glissé du monde professionnel au monde personnel (cinema –› ordinateur) en perdant son professionnalisme (maquillage, lumière, qualité d’image, etc.).

En augmentant la qualité de la vidéo – mise en scène adaptée à chaque états d’humeurs de l’utilisateur – l’expérience défie la capacité de ce média à restituer un contexte de communication sensible au non verbal et à l’empathie. Or l’échec de cette expérience indique que le non verbal est primordial dans nos outils de communication mais pas nécessairement de la manière dont nous l’utilisons face à face.



Observation utilisateurs, transformation des usages

Une phase d’observations d’utilisations du collier à permis de confirmer que l’expérience téléphonique traditionnelle est totalement remise en question. Le téléphone devient vivant, tactile, affectif et doté d’un libre arbitre imprévisible ! Les observations ont permises de tirer les constats suivants : 

• Parler à un chien semble usuel et naturel

• La fonction téléphone est très vite et facilement confiée au chien

• Le chien est accepté comme étant membre de la conversation

• Le caractère et l’humeur du chien influe sur l’expérience de conversation

• Le chien ressent et réagis à l’humeur de l’utilisateur

• Une série de nouvelles postures d’usages du téléphone sont apparues

• Enfin, la proxemie – proximité sociale exprimée en distance physique entre deux individus face à face – physiquement comportementale entre chien et maître est significative de la proximité sociale habituelle envers l’interlocuteur.





Dog&bone réussit à évoquer la présence d’autrui, en partie grâce au langage non-verbal, c’est comme un face à face, mais face à chien.
Le chien ramène proprioception, proxémie, affection et inattendu dans la conversation. Dog&bone restitue toutes les conditions emphatiques de communication de face à face, mais face à chien.





___
Second niveau de lecture
L’approche paradoxale, provocatrice et non dénuée d’humour, de “Dog&bone” utilise le design comme outil critique pour soulever des questions plus que pour amener des réponses, sur le marché, prêt à l’usage. L’objectif est, d’une part, de provoquer curiosité et prise de position du publique sur la manière dont les médias interpersonnels façonnent nos vies sociales.
En contre-pied de la recherche de pointe en IHM (interfaces homme machine) et télécommunications, ce projet vise en seconde lecture à toucher les professionnels du domaine. Il critique notamment la direction récurrente prise par de nombreux laboratoires de développement technologique orientée vers une imitation du modèle de la conversation face à face et vers un futur efficace, robotique et déshumanisé – comme exemple le robot non verbal pour “grand mère à distance” de Cynthia Breazeal au M.I.T. (U.S.A.). Imitant, voir remplaçant la réalité par la technologie, ces démarches sont dominées par une ambition technologique plaçant l’empathie envers l’utilisateur final en second plan. Elles sont totalement en rupture avec la nature organique des interactions humaines, et c’est pourtant le futur actuellement envisagé. Positionné à l’inverse Dog&bone propose une vraie remise en question du futur des interactions sociales, autant d’un point de vue utilisateur que concepteur.

Finalement, entre parler au robot non verbal pour “grand mère à distance” et parler à un chien quel est le plus étrange ?